Tout savoir sur… Le Théâtre

Petite histoire du théâtre

 Le terme « théâtre » vient du grec theatron et signifie « le lieu où l’on regarde ». Le théâtre est ainsi avant tout un espace de spectacle. Né dans l’Antiquité grecque, il est devenu un genre littéraire qui s’est épanoui de manière diversifiée en fonction des époques.

Dans l’Antiquité, le théâtre est très apprécié : on joue des comédies (celles d’Aristophane chez les Grecs, de Plaute et de Térence chez les Romains) et des tragédies (celles de Sophocle, Eschyle et Euripide chez les Grecs, de Sénèque chez les Romains). Ces représentations ont lieu lors de fêtes organisées par l’État… Le lieu de ces représentations est un édifice à ciel ouvert, pouvant accueillir un public très nombreux, occupant les gradins. À l’époque, tous les rôles sont tenus par des hommes, portant des masques. Le chant, la danse, la musique accompagnent le texte – le théâtre est un « spectacle total ». 

Au Moyen-âge et à la Renaissance, le spectacle théâtral se déploie dans toute la cité. Tout le monde y allait, jusqu’à ce qu’il devienne payant au XVème siècle. Le théâtre médiéval est caractérisé par une extrême liberté. Il prendra différentes formes : sotie, farce, miracle et mystère. Peu de décors sont utilisés au Moyen Âge : on se contente parfois d’écriteaux signalant les lieux. Mais les machineries se développent, afin de créer des « effets spéciaux ».

A partir du XVIIème siècle, le théâtre classique se développe en France. Trois grands auteurs marquent cette période : Molière, Corneille et Racine. Molière a particulièrement excellé dans la comédie et s’est attaché à dépeindre les travers des hommes (l’avare, le dévot, la précieuse…). Racine et Corneille se sont davantage illustrés dans le genre tragique et ont dépeint les passions des hommes (l’amour, le pouvoir, la haine…).

Le théâtre classique obéit à des règles très strictes, héritées du théâtre antique.

La règle des « trois unités »

  • L’unité d’action : une action principale autour de laquelle se noue l’intrigue ; 
  • L’unité de temps : un temps restreint (vingt-quatre heures) pour que l’action se résolve, ce qui entraîne parfois des dénouements un peu précipités ; 
  • L’unité de lieu : un lieu unique pour toute l’action.

Et la règle de la bienséance
On ne doit pas choquer la pudeur des spectateurs et on doit respecter les bonnes mœurs de l’époque (on ne représente pas sur scène, des situations indécentes ou violentes (amours interdites, combats).

Au XVIIIème siècle, un nouveau type de théâtre apparaît : dans les comédies de Marivaux, l’amour est au cœur de l’intrigue (Le Jeu de l’amour et du hasard, 1730), les rôles valets-maîtres sont inversés, on joue sur le stratagème (ruse) et le déguisement ; Beaumarchais donne une dimension plus satirique et contestataire à ses comédies, qu’il nourrit de coups de théâtre et de savants jeux de scène (Le Barbier de Séville, 1775 ; Le Mariage de Figaro, 1784).

Au XIXème siècle, les écrivains romantiques veulent assouplir ou abandonner les règles et donner au théâtre une dimension politique. La comédie se concentre sur la bourgeoisie et se moque de ses comportements ou de ses obsessions (transmission des héritages, infidélité des époux, désobéissance des enfants, enfants légitimes ou naturels, fortunes et ruines, etc). La comédie de boulevard ou Vaudeville représente cette évolution (Labiche, Courteline, Feydeau, Guitry, Roussin, etc.).

Au XXème siècle, le théâtre emprunte diverses voies – que les auteurs d’aujourd’hui creusent et diversifient encore.

Certaines pièces poursuivent dans la veine de la comédie de mœurs, déjà présente au XVIIème siècle, et qui avait connu un regain de succès à la fin du XIXème siècle, avec Georges Feydeau et Eugène Labiche (auteurs de vaudevilles).

Apparaît simultanément un théâtre de la « subversion » : Alfred Jarry, avec Ubu roi, présente une pièce faite pour choquer (la première réplique est un « Merde ! » retentissant). Dans une certaine proximité avec le mouvement Dada ou le surréalisme, ce théâtre rejette toute psychologie des personnages pour préférer une représentation brute, presque abstraite, de l’homme.

Après Alfred Jarry ou Antonin Artaud, des auteurs comme Eugène Ionesco (La cantatrice chauve) ou Samuel Beckett mettent en question dans leurs œuvres le personnage théâtral, le genre des pièces et le langage même. Des cris, des répliques apparemment dénuées de sens se succèdent pour donner une image à la fois drôle et effrayante de l’humanité.

Enfin (et même si ces directions ne sont pas exhaustives), la première moitié du XXème siècle voit un retour du tragique : Jean Cocteau, Jean Anouilh, Jean Giraudoux reprennent des mythes antiques comme celui d’Œdipe, d’Antigone ou d’Electre, tout en les modernisant. 

Le Théâtre et les Enfants

Développer la confiance en soi, mieux interagir avec le monde qui nous entoure ou transcender ses émotions  : par bien des aspects, le jeu théâtral permet à l’enfant de s’affirmer.

>>Entretien avec Marie-Rose Moro, pédopsychiatre 

Le théâtre c’est…

PARLER
Le théâtre aide à développer l’expression verbale. Cette activité permet aux enfants d’améliorer leur façon de communiquer. Ils apprennent du vocabulaire et améliorent également leur diction, la parole gagne en fluidité et clarté.

BOUGER
L’expression corporelle est encouragée. Une partie très importante de la communication est le « non verbal », autrement dit le message envoyé par nos gestes et mouvements. En étudiant le théâtre, les enfants prennent conscience de leur corps et de tout ce qu’ils peuvent transmettre à travers lui.

RESPECTER 
Le théâtre pour enfants favorise la camaraderie et aide à éliminer la timidité. Les exercices d’art dramatique requièrent souvent la collaboration avec les camarades. Ils apprennent l’importance du travail en équipe et le respect.

TRAVAILLER
L’objectif du théâtre n’est pas atteint immédiatement. On doit donc travailler régulièrement pour y parvenir. Certains enfants peuvent se sentir frustrés de ne pas voir de résultats dès le lendemain. Mais s’ils persistent, ils pourront apprécier les fruits de leurs efforts.

EN RÉSUMÉ :

Le théâtre stimule la créativité et l’imagination, et permet de développer l’estime de soi, la confiance en soi. Il véhicule de grandes valeurs, telles que l’égalité, le respect, l’engagement, la responsabilité, la tolérance.

Les bienfaits du théâtre, ils en parlent… 

Le théâtre pour tous

♦ Pratiquer 

Le Théâtre à la maison : découvrez une plateforme qui propose des exercices théâtraux pour vous amuser et vous perfectionner seul ou en famille, tout en restant chez vous !
Vous trouverez des exercices ludiques réalisés par des professionnels pour appréhender le théâtre et ses techniques. Que cela soit à deux ou à plusieurs, entre adultes, entre amis ou avec vos enfants, de multiples jeux basés sur l’improvisation, la prise de parole, la créativité ou la maîtrise des techniques théâtrales sont disponibles. Vous pourrez ainsi vous amuser ou vous perfectionner à la prise de parole, au savoir-être en société ou encore à une sensibilisation à la conscience de soi.
>> Le théâtre à la maison

♦ Réviser

Chaque jour, à entendre et à comprendre, un grand texte de notre patrimoine littéraire dans l’émission « Ecoutez, révisez ! » qui propose aux lycéens de préparer l’oral du bac de français, et à tous les autres de goûter aux plaisirs de grands textes.
Ecoutez dans la voix de grands comédiens La princesse de Clèves de Madame de Lafayette, Les Voyages de Jules Verne, Les Fleurs du mal de Baudelaire, Victor Hugo et ses Contemplations, les Fables de La Fontaine ou encore L’Ecole des femmes de Molière… Et révisez ces œuvres commentées avec le précieux concours des professeurs de l’Education Nationale.
>> Ecoutez, révisez

♦ Découvrir 

En cette période de déconfinement, toutes les salles de spectacles parisiennes et franciliennes ne sont pas encore ouvertes. Néanmoins, certaines d’entre elles ont décidé de diffuser gratuitement leurs spectacles en ligne, via leur site web ou sur des plateformes dédiées, comme celle de France TV…
>> Au théâtre chez soi   
>> Théâtre et danse

Avec du classique, comme par exemple…

ou des pièces modernes …

Le théâtre près de chez nous !

Le Musée Théâtre Guignol à Brindas rouvre, avec des consignes sanitaires strictes. 

Musée Théâtre Guignol de Brindas

… Et à la MJC

Théâtre pour les 6 – 8 ans : Mercredi 13h45 – 14h45 
Théâtre pour les 9 – 10 ans :
Mercredi 14h45 – 16h15
Théâtre pour les 11 – 12 ans :
Mercredi 16h30 – 18h00
Théâtre pour les + 13 ans :
Mercredi 18h00 – 19h30

Cycle d’ateliers théâtre avec au programme découverte des techniques de jeu théâtral, de voix, d’occupation de l’espace, de gestuelle… Approche des différentes disciplines liées à la pratique théâtrale (improvisation, clown, mime…). 

Créativité, mise en scène et dynamique de groupe permettront de préparer une représentation pour le festival Histoires d’en Rire en mars et pour le spectacle de  la MJC.

  • Animatrice : Camille PRIEUX 
  • Lieu : Carré d’Ass – Salle de Théâtre

Découvrez ICI la vidéo du projet théâtre réalisée pendant le confinement par les jeunes de la MJC de Brindas.

« Ceux qui aimaient faire des phrases ou l’art du dialogue ». Les jeunes ont enregistré leurs répliques depuis chez eux, d’une scène de théâtre écrite par Isabelle Joly Rossato, qui est un mix de diverses répliques cultes des films (années 60, 70 et 80) dont les dialogues étaient écrits par Monsieur Michel Audiard. Une scène qui marque une époque où les phrases avaient beaucoup de sens et restent aujourd’hui toujours d’actualité.


SOURCES :
https://sites.google.com/site/francais6eme/le-theatre-le-medecin-malgre-lui/petite-histoire-du-theatre
https://www.assistancescolaire.com/eleve/1STMG/francais/reviser-le-cours/histoire-des-formes-theatrales-de-l-antiquite-a-nos-jours-1_fra_04
Wikipédia
La Croix
https://etreparents.com/les-bienfaits-du-theatre-pour-enfants/
Société d’Histoire du Théâtre 

Tout savoir sur… Le Violoncelle

Rédactrice en chef : Fanny CLAIRE, professeure de violoncelle à l’Ecole de Musique de la MJC de Brindas ! Un grand merci à elle pour son partage…

Violoncelliste depuis une vingtaine d’année maintenant, je ne compte plus les fois où me promenant dans les rues avec ma grosse carapace dans le dos, j’entends :

« – Oh ! Maman regarde, c’est quoi ce qu’elle a sur le dos la dame ?

   – C’est une belle guitare ! »

Quel (le) violoncelliste n’a jamais été dans cette situation, un petit sourire aux lèvres… « Et bien non jeune fille, il s’agit d’un violoncelle ! »

Un Quoi ? 

Un violon… Quoi ?

Tout comme son petit frère le violon, le violoncelle fait partie de la famille des instruments à cordes frottées.

      Cette famille regroupe du plus petit au plus grand, du plus aigu au plus grave :

  • le violon
  • le violon-alto ou alto
  • le violoncelle
  • la contrebasse.

Sa structure

Mstislav Rostropovitch

Comme nous pouvons le voir sur l’image ci-dessus, la structure de l’instrument reste sensiblement la même. Elle diffère en raison de sa taille (environ 76 centimètres pour un violoncelle hors manche !) et de notre positionnement pour jouer.

En effet, le violoniste ou l’altiste doit pour jouer poser son violon entre l’épaule et son menton qui s’appuie lui-même sur une mentonnière. Cette dernière n’est pas présente sur le violoncelle et la contrebasse car nous jouons assis (chaise haute pour les contrebassistes ou debout). En revanche, le violoncelle et la contrebasse possèdent une pique de manière à ajuster la hauteur du violoncelle en fonction de notre taille. 

Le violoncelle se positionne entre les genoux. Sa forme actuelle a été fixée par le grand luthier du XVIème siècle : Andrea Amati (luthier : celui qui fabrique les instruments à cordes frottées). La pique qui sert à stabiliser l’instrument n’a été ajoutée qu’au milieu du XIXème siècle. Avant, le violoncelle se jouait posé directement sur les mollets. C’est la complexité du jeu de l’instrument qui a entraîné ce besoin de stabilité. La position du violoncelle se veut avant tout naturelle et confortable. 

Les parties principales du violoncelle sont :

  • La caisse de résonance, composée de la table d’harmonie percée des deux ouïes en « F », des éclisses et du dos.
  • La touche en ébène, (c’est un bois dur), sur laquelle le violoncelliste positionne ses doigts pour déterminer la hauteur de la note.
  • Le chevalet, qui tend les cordes et transmet les vibrations à la table d’harmonie. Le chevalet permet également de soulever les cordes.
  • L’âme, petit bout de bois non-visible, inséré dans la caisse de résonance et qui permet l’amplification du son.
  • Le cordier, sur lequel les cordes sont fixées.
  • Les chevilles, en haut et en bas pour l’accordage des cordes.
  • La volute, à la tête de l’instrument.

Le corps du violoncelle est réalisé intégralement en bois excepté la pique, le cordier (si violoncelle récent) et les cordes qui elles, peuvent être en boyau, en acier ou synthétiques. Nous avons trois types de bois : l’épicéa, l’érable ondé et l’ébène.

Le violoncelle possède quatre cordes et est accordé en quinte, du grave vers l’aigu : DO_ SOL_RÉ_LA.  Il possède la plus grande tessiture soit, le plus grand écart entre la note la plus grave et la note la plus aiguë. De plus, il s’agit de l’instrument qui se rapproche le plus de la voix humaine, d’où les émotions fortes qu’il procure. Il est donc intéressant d’utiliser le magnifique son du violoncelle pour accompagner tes chansons ! (que tu chantes toi-même bien sûr 🙂).

Les partitions pour violoncelle sont écrites généralement en clé de fa. Cependant, après quelques années de pratique, il faudra lire également la clé de sol et la clé d’ut4, notamment pour certaines compositions.

Comment en jouer ?

Il peut se jouer de deux façons différentes :

  • à l’archet, c’est ce qui d’ailleurs caractérise la famille qu’on appelle à « cordes frottées » car nous frottons l’archet sur les cordes
  • en pizzicato (ou pizzicati au pluriel ou plus communément en pizz !) c’est-à-dire avec le doigt (l’index).

Le son est produit par la vibration des cordes, amplifiée par la caisse de résonance.

Voici deux courtes vidéos d’un morceau très simple :

En pizz

A l’archet 

La technique

Il existe plusieurs positions pour la main gauche (celle qui se balade sur le manche) à acquérir pour jouer pleinement du violoncelle : demie, 1ère position, 2ème, 3ème, 4ème,  5ème, 6ème, 7ème et la position du pouce.

On y trouve aussi d’autres éléments techniques telles que l’extension, les démanchés mais aussi le vibrato.

Enfin pour la main droite, il s’agit de la technique d’archet en fonction des rythmes, en fonction du phrasé musical… les liaisons, les détachés, l’intensité.

Quels répertoires ?

Le violoncelle naît au XVIème siècle en Italie et est le successeur de la viole de gambe. Il est d’abord utilisé comme instrument accompagnateur notamment avec la basse continue puis il va devenir un instrument virtuose grâce aux compositeurs tels que J.-S. Bach, A. Dvorak, D. Chostakovitch, G. Fauré, C. Saint-Saëns, B. Britten. Jean-Sébastien Bach confiera au violoncelle une très belle pièce pour violoncelle seul : le fameux Prélude de ses célèbres Suites pour violoncelle seul. Mais le violoncelle peut aussi se révéler en duo, trio, dans une sonate ou comme instrument soliste principal dans un concerto. On le retrouve évidemment au sein d’un orchestre symphonique.

Issu principalement de la musique classique occidentale, le violoncelle trouve aussi sa place dans d’autres styles musicaux : musiques traditionnelles, variétés françaises, hispaniques, métal, folk, jazz, rock…

En voici quelques exemples :

Groupes qui reprennent des chansons actuelles :

L.E.J. (3 françaises) en vogue depuis 2015 :  L.E.J. – Summer 2015  et L.E.J. – Summer 2019

Piano GUYS – duo violoncelle piano 

Two Cello ROCK :  Smooth Criminal et Game of Thrones

Apocalyptica METAL (reprise chanson du groupe Metallica)

Musique aux couleurs d’Amérique Latine : Dom La Nena : Gracias a la vida (reprise Violeta Parra)  et LKA »Llegaré » Live on KCRW + utilisation de looper

Musique Malienne : Ballaké Sissoko à la Kora et Vincent Ségal au violoncelle

Chanson de Mathieu Chedid  : Vincent Ségal et M (Mathieu Chedid)

Chansons françaises / violoncelle – rock  : Jorane « Ineffable » (rock)

Tango – LIBERTANGO – Piazzola : Hauser et Ksenija sidorova

JAZZ : Oscard Pettiford (initialement contrebassiste) joue ici du violoncelle dans un style jazzy

Écouter…

Les Chefs d’œuvres de la Musique « Classique »

Période Baroque

Prélude tiré des Suites n°1 pour violoncelle seul de Jean-Sébastien Bach, interprété par Ophélie Gaillard

Période Romantique

Trio Andante con moto (Piano, violon, violoncelle) de Franz Schubert

Le Cygne de Camille Saint Saëns interprété par Yo-Yo Ma et Kathryn Scott

Concerto pour  violoncelle n°2 en si mineur, opus 104  Antonin Dvorak interprété par Mstislav Rostropovitch

Période Moderne

Concerto pour Violoncelle N°1 Dimitri Chostakovitch  interprété par Sol Gabetta.

Célèbres…

Quelques violoncellistes célèbres 

Il sera également mis en valeur par des violoncellistes talentueux :

Pablo Casals

 

Yo-Yo Ma

 

Anne Gastinel

 

Sol Gabetta

 

Truls Mork

 

 

 

 

 

Mstislav Rostropovitch, Pablo Casals, Truls Mork, Yo-Yo Ma, Jacqueline du Pré, Ophélie Gaillard, Sol Gabetta, Gauthier Capuçon, Anne Gastinel à Lyon Sonia Wieder-Atherton…

Quelques violoncelles célèbres et luthiers :

Les plus beaux instruments des grands luthiers comme la famille Amati, Jacob Stainer, Andrea Guarneri, Antonio Stradivari sont nommés, non par le luthier lui-même, mais par l’Histoire et leurs prestigieux interprètes. Leur sonorité est riche et profonde :

  • Le « Duport » joué par Mstislav Rostropovitch entre 1974 et sa mort,
  • Le « Romberg »,
  • Le « Batta »,
  • Le « Piatti »,
  • Le « Davidov », actuellement la propriété de Yo-Yo Ma,
  • Le « Goffriller (1733) », joué par Pablo Casals jusqu’à sa mort.

EN SAVOIR PLUS…

Le violoncelle présenté par Eric Picard, premier violoncelle solo de l’Orchestre de Paris

En lecture…

Vézina Lyse, Le violoncelle – Ses origines son histoire ses interprètes, Ed. Varia

Biddulph Peter, Chaudière Frédéric, Antonio Stradivari, Ed. Actes sud.

     Pour conclure ma petite histoire et après avoir pris le temps de décrire cet instrument qu’est le violoncelle, on me dit souvent que c’est un bel instrument avec un son doux et émouvant !

Ce n’est pas moi qui dirai le contraire !

… À LA MJC !

Les cours de violoncelle sont accessibles à partir de 6 ans à la MJC avec Fanny CLAIRE comme professeure !

Mon enseignement du violoncelle se veut avant tout dans le plaisir et le partage musical sans oublier la rigueur que cela demande. Je souhaite mettre l’élève au centre de sa propre initiation pour ensuite lui apporter les outils qui lui permettront de se construire une identité de musicien qui lui sera propre et qui lui permettra de s’épanouir en groupe et de gagner en autonomie. Musicienne éclectique, nous jouerons aussi bien du répertoire classique que de la musique traditionnelle, orientale, contemporaine, jazzy, de la musique populaire (rock, folk). Et si nous apprenions à nous accompagner sur une chanson qu’on chante nous même ? De plus, nous aborderons l’improvisation, l’invention de manière à se libérer de la partition pour développer la mémoire, la création, vivre pleinement et sereinement la musique. Enfin, jouer avec les autres est essentiel. Nous pourrons donc créer des petits groupes : duo, trio, ou encore +.

A très vite !

Jours et horaires à définir

Lieu : Carré d’Ass – Ecole de musique.

1 2